Discussions

Morocco extends a hand across Sahara to fulfil its regional integration dreams

Morocco extends a hand across Sahara to fulfil its regional integration dreams

16 Mar 2017

[Scroll down for French]

Mélanie Mugrefya, tralac Intern, discusses Morocco’s regional integration ambitions since re-joining the African Union in January

On 30 January 2017 the Kingdom of Morocco was readmitted to the African Union (AU) thirty-three years after withdrawing from the Organisation of African Unity – the predecessor of the AU – over the admission of the Saharawi Arab Democratic Republic (SADR) as a Member State of the Organisation. Less than a month later, Morocco has officially requested to join the Economic Community of West African States (ECOWAS).

The AU’s readmission and the application to join ECOWAS are the most recent of a series of steps taken by Morocco that illustrate the kingdom’s growing interest in the continent and its ambition to strengthen economic ties with sub-Saharan African countries.

Morocco’s ambition beyond the Sahara

Ever since his coronation in 1999, King Mohammed VI has continued and intensified the bilateral relations that his father, Hassan II, had developed with some sub-Saharan States, especially in Francophone Western Africa. Over the last sixteen years, he has – accompanied by delegations of officials and business leaders – made more than forty visits to sub-Saharan African countries, which have led to the conclusion of multiple bilateral agreements.[1]

Moreover, Morocco has increasingly demonstrated a desire for regional integration with sub-Saharan States. In 2001, the Kingdom joined the Community of Sahel-Saharan States (CEN-SAD). In 2008, it finalized negotiations for a free trade agreement with the West African Economic and Monetary Union (WAEMU), but this agreement has, to date, not been signed. It has also initiated discussions for the establishment of free trade zones with the ECOWAS and the Economic Community of Central African States (ECCAS).[2]

These Moroccan efforts and endeavours to get closer to sub-Saharan States are part of the Kingdom’s strategy to benefit from the continent’s economic growth potential and become a regional hub for trade and investment at the crossroads between Europe – its main trading partner – and the rest of Africa.[3]

Why is Morocco looking South ?

Reasons mentioned to explain Morocco’s bet on sub-Saharan Africa are mainly economic.

Morocco has suffered from the European Union’s slowdown in imports caused by the financial and sovereign debt crisis as its trade performance has relied too heavily on exports of goods to the European markets.[4] It therefore has taken some steps to diversify its trading partners and to expand its market shares in Asia, Latin America and, of course, sub-Saharan Africa, which is the world’s second largest economic zone after Asia according to the African Development Bank.[5]

Furthermore, the Cherifian Kingdom knows that regional integration is paramount to sustain economic growth, as it would allow markets “to reach a critical size, create economies of scale and (…) materialize the desired international repositioning”.[6] As the Arab Maghreb Union (UMA) failed to build economic cooperation between its Members, inter alia due to the political tensions between Morocco and Algeria, and the CEN-SAD has been more or less inactive since President Gaddafi’s death, it seems natural for Morocco to turn to its Southern frontier and to develop a multilateral approach where bilateral diplomacy had prevailed so far.

However, for some, Morocco’s strategy in sub-Saharan Africa is driven by political considerations and is aimed at restoring the Kingdom’s leverage – including over the Western Sahara conflict – which it had lost when it left the OAU.

Trends in Trade and Investment between Morocco and Sub-Saharan Africa

Nonetheless, it cannot be denied that overall, both trade and investment flows between Morocco and sub-Saharan Africa have been on an upward trend in recent times.[7]

Trade between Morocco and sub-Saharan Africa has increased by 12,8 % between 2000 and 2015.[8] It however appears that trade relations between sub-Saharan Africa and Morocco may well benefit the latter more.[9]

Morocco’s exports to sub-Saharan Africa reached US$ 1.5 billion in 2015, which accounted for 7 % of the country’s total exports.[10] 55 % of these exports flowed to the markets of ECOWAS Members. By comparison, in 1993, Moroccan exports to the region only represented 3,11 % of the Kingdom’s total exports, for an amount of US$ 115 million.[11] In 2015, Moroccan exports included, among others, chemicals (31 %), food, beverages and tobacco (29 %), machinery and transport equipment (14 %), ores and metals (2 %) and fuels (2 %).[12]

On the other hand, sub-Saharan Africa’s share in Moroccan imports has deteriorated since 1993. While it amounted to 2,38 % of total Moroccan imports in 1993 for a value of US$ 158 million, it fell to 0,67 % in 2014 before rebounding to 1,40 % in 2015, for an amount of US$ 500 million.[13] ECOWAS Members’ share in imports to Morocco was very modest (0,21 %) and only accounted for 15 % of the total exports from sub-Saharan Africa to the Kingdom. In 2015, Morocco mostly imported fuel (67 %) from sub-Saharan Africa, but also food, beverages and tobacco (18 %), chemicals (3,4 %), textiles (2,63 %).

In recent years, Moroccan FDI flows to sub-Saharan Africa have grown significantly.[14] Today Morocco is the second largest African investor in the continent and the top one in West Africa.[15] In 2015, 40 % of Moroccan FDI was directed to sub-Saharan Africa, with Mauritius, Ivory Coast, Nigeria, Senegal and Mauritania as the main recipients.[16] It was distributed in various sectors, such as banking (31 %), telecommunications (21 %), industry (12 %) and real estate (11 %).[17] It is note-worthy that Morocco considers the banking sector as key in its investment strategy and aspires to become the continental leader in this industry.[18] Three of Moroccan largest banks are already established in over twenty African countries.

What’s next?[19]

According to the African Development Bank, trade in goods between Morocco and sub-Saharan Africa would be boosted by a reduction in the tariffs applied by all the concerned States.[20] Imports in goods from sub-Saharan Africa are more sensitive to Morocco’s tariff policy than imports in goods from the rest of the World and they could rise by 20 % if Morocco halves its tariffs. The same reduction in tariffs by sub-Saharan States would lead to a growth of 5 % to 10 % of Moroccan exports.

Therefore, it seems that both Morocco and its sub-Saharan counterparts would benefit from regional integration. The admission of Morocco to the ECOWAS would stimulate both Moroccan imports from and exports to West Africa. Further, ECOWAS Members and the Kingdom will then have a rules-based preferential trade arrangement, from which Morocco and ECOWAS Members can benefit.

However, the Moroccan application to ECOWAS has prompted mixed reactions. Marcel De Souza, ECOWAS’s chairman, stated that, pursuant to the ECOWAS Treaty, Morocco could not be admitted to the Organization as it is not part of West Africa, but that the Moroccan application will be submitted to Heads of States at the next ECOWAS summit in July 2017.


Le Maroc tend la main par-delà le Sahara pour réaliser ses rêves d’intégration régionale

Le 30 janvier 2017, le Royaume du Maroc fut réadmis au sein de l’Union africaine (UA) trente-trois ans après avoir quitté l’Organisation de l’Unité africaine – l’ancêtre de l’UA – en protestation contre l’admission en son sein de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Moins d’un mois plus tard, le Maroc a officiellement déposé sa demande d’adhésion à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La réintégration du Maroc au sein de l’UA et sa candidature auprès de la CEDEAO sont les plus récentes illustrations de l’intérêt grandissant du Maroc pour le continent africain et de son ambition de renforcer ses liens économiques avec l’Afrique subsaharienne.

L’ambition du Maroc au-delà du Sahara

Depuis son accession au trône en 1999, le Roi Mohammed VI a pris le soin d’entretenir et d’intensifier les relations bilatérales que son père, Hassan II, avait développées avec certains États subsahariens, en particulier en Afrique de l’ouest francophone. Pendant ces seize dernières années, il a fait plus de quarante visites en Afrique subsaharienne, chaque fois accompagné d’une délégation d’officiels et d’hommes d’affaires. Ces visites ont mené à la conclusion de nombreux accords bilatéraux[1].

De plus, le Maroc a fait montre d’une volonté d’oeuvrer vers une intégration régionale avec les Etats subsahariens. En 2001, le Royaume a adhéré à la Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD). L’année 2008 marquait la fin des négociations entre le Maroc et l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) sur un accord de libre-échange. Cet accord n’a toutefois jamais été signé par les Parties. Le Maroc a également initié des discussions avec la CEDEAO et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) en vue de l’établissement de zones de libre-échange.[2]

Les efforts fournis par le Royaume chérifien pour se rapprocher des États subsahariens font partie de sa stratégie visant à bénéficier du potentiel de croissance économique du continent et à devenir un hub régional en matière de commerce et d’investissement aux portes de l’Europe – son principal partenaire commercial – et de l’Afrique[3]

Pourquoi le regard du Maroc s’est-il tourné vers le sud ?

Les différentes raisons invoquées pour tenter d’expliquer pourquoi le Maroc a décidé de parier sur l’Afrique subsaharienne sont principalement économiques.

La performance commerciale du Maroc reposant largement sur ses exportations à destination de l’Union européenne (UE), le Royaume a souffert de la baisse des importations vers l’UE, causée par la crise financière et de la dette publique[4]. Il a dès lors déployé des efforts pour diversifier ses partenaires économiques et gagner des parts de marché en Asie, en Amérique latine et bien-sûr, en Afrique subsaharienne qui est, selon la Banque africaine de développement, le deuxième pôle économique mondial après l’Asie[5].

En outre, le Royaume chérifien est conscient de l’importance de l’intégration régionale pour atteindre une croissance économique durable, en ce qu’une telle intégration permettrait aux “marchés d’atteindre une taille critique, de créer des économies d’échelles et d’opérer ainsi le repositionnement international souhaité”[6]. Face à l’échec de l’Union du Maghreb arabe (UMA) dans la création d’une coopération économique entre ses Membres, en raison notamment des tensions politiques entre le Maroc et l’Algérie et à la quasi paralysie de la CEN-SAD depuis le décès du Président Khadafi, le Maroc s’est naturellement tourné vers sa frontière sud et a adopté une approche multilatérale là où la diplomatie bilatérale avait court jusqu’à présent.

Pour certains, toutefois, la stratégie du Maroc en Afrique subsaharienne est motivée par des considérations politiques et vise à permettre au Royaume de récupérer son influence – notamment en ce qui concerne la question du Sahara occidental – qui avait été mise à mal par son retrait de l’OUA.

Échanges commerciaux et flux d’investissements entre le Maroc et les États subsahariens

On ne peut néanmoins pas nier que, dans l’ensemble, tant les échanges commerciaux que les flux d’investissements entre le Maroc et les États subsahariens connaissent une croissance ces derniers temps[7].

Le commerce entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne a augmenté de 12,8 % par année entre 2000 et 2015[8]. Il semble toutefois que ces relations commerciales aient plus profité au Maroc qu’aux pays subsahariens[9].

Les exportations marocaines vers la région subsaharienne ont atteint une valeur de 1.5 milliards de dollars en 2015 et représentaient 7 % du total des exportations du pays[10]. 55 % de ces exportations se sont écoulées sur les marchés des Membres de la CEDEAO. En comparaison, en 1993, la part des exportations du Maroc destinée à l’Afrique subsaharienne s’élevait à seulement 3,11 %, pour une valeur de 115 millions de dollars[11]. En 2015, les exportations marocaines étaient constituées entre autres de produits chimiques (31 %), de nourriture, boissons et tabac (29 %), de machines et d’équipements de transport (14 %), de minerais et métaux (2 %) et de carburants (2 %)[12].

Par contre, la part des importations subsahariennes dans le total des importations à destination du Maroc a diminué depuis 1993. Alors qu’elle représentait 2,38 % de l’entièreté des importations marocaines en 1993, pour une valeur de 158 millions de dollars, elle a chuté à 0,67 % en 2014 avant de connaitre une reprise et d’atteindre 1,40 % en 2015, pour un montant de 500 millions de dollars[13]. Les importations des Membres de la CEDEAO étaient assez modestes (0,21%) et représentaient seulement 15 % des importations marocaines en provenance de l’Afrique subsaharienne. En 2015, le Maroc a principalement importé du carburant de la région subsaharienne (67 %), mais aussi de la nourriture, des boissons et du tabac (18 %), des produits chimiques (3,4 %) et des textiles (2,63 %).

Ces dernières années, les flux d’investissements en provenance du Maroc vers l’Afrique subsaharienne se sont intensifiés de manière significative. [14] Aujourd’hui, le Maroc est le second investisseur africain sur le continent et le premier en Afrique de l’ouest[15]. En 2015, 40 % des flux d’investissements marocains étaient destinés à l’Afrique subsaharienne. L’Île Maurice, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Sénégal et la Mauritanie étaient les principaux bénéficiaires de ces investissements[16]. Les principaux secteurs d’investissement étaient le secteur bancaire (31 %), les télécommunications (21 %), le secteur industriel (12 %) et le secteur immobilier (11 %)[17]. Il faut souligner que le Maroc considère le secteur bancaire comme un secteur-clé dans sa stratégie d’investissement et qu’il aspire à devenir le leader continental de cette industrie[18]. Trois des banques marocaines les plus importantes sont déjà établies dans plus de vingt pays africains.

Quelle est la suite?[19]

Selon la Banque africaine de développement, le commerce de marchandises entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne pourrait s’accroitre grâce à une réduction des droits de douane imposés par tous les États concernés[20] L’import de marchandises depuis la région subsaharienne est plus sensible à la politique tarifaire marocaine que l’import de biens depuis reste du monde. Les importations pourraient augmenter de 20 % si le Maroc diminuait de moitié ses droits de douane. La même réduction de tarifs de la part des États subsahariens pourrait encourager une croissance de 5 à 10 % des exportations marocaines.

Il semble donc que tant le Maroc que ses homologues subsahariens bénéficieraient d’une meilleure intégration régionale. L’admission du Maroc au sein de la CEDEAO stimulerait tant les importations que les exportations marocaines en provenance et à destination des États membres. Plus encore, le Royaume et les Membres de la CEDEAO auront alors un accord commercial préférentiel coulé en des règles juridiques, lesquelles pourront profiter à toutes les Parties.

Cependant, la candidature du Maroc auprès de la CEDEAO a été accueillie par des réactions mitigées. Marcel De Souza, Président de la Commission de la CEDEAO, a déclaré qu’en vertu des textes de l’Organisation, le Maroc ne pourrait pas être admis étant donné qu’il ne fait pas partie de l’Afrique de l’ouest, mais que la décision revenait aux Chefs d’États et de Gouvernements qui se prononceront lors du prochain sommet de la CEDEAO en juillet 2017.

.


[1] C. BOZONNET, « Maroc : l’empire africain de Mohammed VI », Le Monde, 27 janvier 2017, www.lemonde.fr.; L. HADDAD, « Le Roi Mohammed VI et le destin africain du Maroc », La Tribune Afrique, 3 février 2017, www.afrique.latribune.fr.

[2] Ministry of Economy and Finance of the Kingdom of Morocco, « Moroccan – African relations: The ambition of ‘New borders’ », DEPF Studies, September 2014, https://www.finances.gov.ma, p. 3.

[3] African Development Bank Group, Analysis of Morocco’s Trade Policy. Volume 2: Impact of Morocco’s Tariff Policy on its position as a Hub for the rest of Africa, 3 March 2017, www.afdb.org, p. 8; Ministry of Economy and Finance of the Kingdom of Morocco, op. cit., p. 3.

[4] U. DADUSH, «Should we worry about the Great Trade Slowdown? », Policy Brief, August 2015, www.ocppc.ma, p. 4.

[5] African Development bank Group, Analysis of Morocco’s Trade Policy (…), op. cit., p. 8.

[6] Ministry of Economy and Finance of the Kingdom of Morocco, op. cit., p. 3.

[7] Unfortunately, we do not have data on trade in services (except on foreign direct investment), but we have to note that trade in services between Morocco and sub-Saharan Africa is important, e.g. in the tourism sector. [Nous ne disposons malheureusement pas de données sur le commerce de services (àsauf sur les investissements directs étrangers), mais il faut noter que le commerce de services entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne est assez important, notamment dans le domaine du tourisme].

[8] R. BERAHAB, « Relations between Morocco and Sub-Saharan Africa : what is the potential for trade and foreign direct investment? », Policy Brief, February 2017, www.ocppc.ma, p. 1.

[9] Ibid., p. 2.

[10] The top export destinations of Moroccan goods in sub-Saharan Africa were Ivory Coast (13 %), Ethiopia (11 %), Mauritania (10 %), Senegal (9 %) and Nigeria (9 %). [Les principales destinations des biens marocains en Afrique subsaharienne étaient la Côte d’Ivoire (13 %), l’Ethiopie (11 %), la Mauritanie (10 %), le Sénégal (9%) et le Nigeria (9%)]. World Bank World Integrated Trade Solution (WITS) Database.

[11] World Bank WITS Database.

[12] Ibid.

[13] South Africa had the lion’s share of sub-Saharan African imports to Morocco (69 %). [L’Afrique du Sud avait la part du lion des importations subsahariennes au Maroc (69 %)]. World Bank WITS Database.

[14] R. BERAHAB, op. cit., p. 4-6.

[15] African Development Bank Group, Analysis of Morocco’s Trade Policy. (…), op. cit., p. 8.

[16] R. BERAHAB, op. cit., p. 6-7.

[17] R. BERAHAB, op. cit., p. 6-7.

[18] African Development Bank Group, Kingdom of morocco : country strategy paper 2017-2021, 13 March 2017, www.afdb.org, p.21.

[19] We understand that the Kingdom of Morocco took part in the CFTA technical working groups and has already been quite involved in the CFTA process so far. [Il semble que le Royaume du Maroc a participé aux groupes techniques de travail sur la Zone de libre-échange continentale et s’est déjà investi dans le processus visant à l’instauration d’une telle zone.]

[20] African Development bank Group, Analysis of Morocco’s Trade Policy. (…), op. cit., p. 46.